L’histoire émouvante du chien Hachikō qui a attendu son défunt maître durant 9 années.

Hachikō est le nom d’un chien de la race japonaise Akita Inu. Né en 1923 et mort en 1935, son histoire est connue partout dans le monde pour l’incroyable loyauté dont il a fait preuve envers son maître jusqu’à la fin de sa vie. Elle symbolise en tout point la fidélité de l’animal envers l’Homme.

Hachikō est né le 10 novembre 1923 et mort le 8 mars 1935. Ce chien est célèbre au Japon pour avoir attendu, quotidiennement, pendant près de 10 ans son maître à la gare de Shibuya après la mort de ce dernier. Le chien Akita Inu fut surnommé Chūken qui se traduit par « chien fidèle ». Une statue est érigée en son honneur à la gare de Shibuya à l’endroit même où il venait attendre son maître. Elle sert aussi aujourd’hui de point de rendez-vous aux Tokyoïtes.

L’histoire de Hachikō et de son maitre

Hidesaburō Ueno, professeur au département d’agriculture à l’Université de Tokyo, décida en 1923 d’adopter un chien de race Akita Inu. Né quelques mois auparavant, il est le huitième chiot de la portée. Il se voit donc attribuer le nom de Hachikō venant de « hachi » qui signifie huit.

Durant les années où le chien et le professeur ont vécu ensemble, ce dernier avait pour habitude de prendre le train à Shibuya pour partir travailler à l’université. Un trajet qu’il ne faisait jamais seul car son fidèle chien l’accompagnait tous les matins jusqu’à la gare. Le chien retournait ensuite tous les soirs devant la gare pour attendre impatiemment son maître et faire le chemin du retour avec lui.

Malheureusement, le 21 mai 1925, Hidesaburō Ueno décéda à l’université d’une hémorragie cérébrale alors qu’il donnait une conférence et ne rentra jamais. Fidèle à ses habitudes et à son maître, le chien continua ses allers-retours quotidiens entre le domicile et la gare durant neuf années jusqu’à sa propre mort en 1935. 

Au début des années 1930, après la mort du professeur, l’histoire du chien fut diffusée dans la presse et très vite elle connut un engouement et une telle ampleur que de nombreux japonais vinrent apporter de la nourriture à la gare de Shibuya pour le petit chien Hachikō.

Une statue érigée pour le fidèle compagnon

Les voyageurs qui prenaient le train régulièrement se sont habituaient à la présence du chien devant la gare. Donc, pour honorer la loyauté que vouait l’animal à son maître, une première statue de bronze à son effigie vit le jour en avril 1934 en la présence du chien lui-même pour l’inauguration. Malheureusement, cette statue fut fondue lors de la pénurie des matériaux durant la Seconde Guerre mondiale et réutilisée pour l’effort de la guerre. Mais une seconde statue fut installée en 1948 devant une sortie de la gare de Shibuya aujourd’hui connue sous le nom de « sortie Hachikō ».

À ce jour, la statue est un incontournable. C’est un point de repère pour les habitants pour rejoindre et attendre leurs amis, ainsi qu’un bon spot photo. Elle joue également le rôle de point central pour les associations caritatives qui viennent en aide aux animaux.

Le plus célèbre chien du Japon

Hachikō est essentiellement rattaché à Shibuya à travers son histoire mais il faut savoir qu’il existe des traces de cette légende ailleurs au Japon. Pour débuter, la dépouille empaillée de l’animal est conservée au Musée National de la Nature et des Sciences de Tokyo. Une statue de bronze du chien a été érigée en face de la gare d’Ōdate, en 2004, la ville de naissance du petit Akita Inu. Puis à l’occasion du 90e anniversaire de la mort du professeur Ueno, en 2015, le département de l’agriculture de l’Université de Tokyo, s’est muni de sa propre statue. Cette dernière représente le professeur et son chien réunis. La statue qui se situe aux abords de la gare de Shibuya est souvent décorée de banderoles ou accessoires selon les périodes de l’année et les évènements organisés.

Hachikō faisant entièrement partie de la culture japonaise, il est fréquemment cité dans des mangas, bandes dessinées, dramas ou littérature. Deux films lui ont même été consacrés ; Hachiko Monogatari, un film japonais, sorti en 1987 et Hatchi, un film américain datant de 2009.