Organisation d'obsèques

Qu’entendons-nous par « rapatriement » du corps ?

On parle de Rapatriement lorsque le défunt est décédé à l’étranger et que vous souhaitez qu’il soit rapatrié en France ou à l’inverse, qu’il soit décédé en France mais mais que ses volontés ou les vôtres sont de le rapatrier dans son pays d’origine. Nous connaissons parfaitement la législation stricte concernant les rapatriements et nous vous accompagnons dans vos démarches administratives.

Afin d’éviter la charge des démarches administratives, nos solutions de contrats obsèques qui incluent le rapatriement et les formalités associées et ce, dans le monde entier.

Qu'est-ce que le maître de cérémonie ?

Votre cérémonie personnalisée peut être préparée et menée par votre maître de cérémonie le moment venu. Il s’assurera de son bon déroulement et vous guidera dans vos interventions. Nous vous aiderons dans le choix des textes, des musiques afin de créer un temps d’émotion et un hommage à la hauteur de vos souhaits.

Qu'est-ce que la chambre funéraire ?

La majorité des familles choisissent, après le décès d’un proche, la chambre funéraire comme lieu privilégié pour se recueillir auprès du défunt le temps de l’organisation des obsèques. Nous mettons à votre disposition des espaces privés et chaleureux qui vous permettront de veiller le défunt à votre convenance, de quelques minutes à plusieurs heures, en journée ou en soirée. Afin de vivre ce moment le plus sereinement possible, vous pouvez opter pour une personnalisation de l’endroit à votre convenance (fleurs, musiques etc..).

Sous quels délais doit-on inhumer le corps ?

La loi française précise que l’inhumation doit avoir lieu dans les 24 heures au moins et 6 jours au plus tard après le décès s’il a eu lieu en France. Si le décès a lieu à l’étranger ou dans un territoire d’outre-mer (Art. R2213-33 du CGCT), l’inhumation doit avoir lieu dans les 6 jours maximum après l’entrée du corps sur le territoire français. Les dimanches et jours fériés ne sont pas compris dans ces délais. Des dérogations peuvent être accordées par le préfet du département du lieu d’inhumation.

Lors de la crémation, le cercueil est-il également brûlé ? Est-ce un cercueil spécifique ?

Les textes en vigueur en France rendent le cercueil obligatoire y compris pour la crémation. Le cercueil est mis à la flamme et consumé avec le corps. Tous nos cercueils proposés peuvent convenir à une crémation. Le cercueil constituant la dernière image que le défunt laissera à ses proches lors de la cérémonie précédant la crémation, il est important de choisir le cercueil avec soin en fonction de votre budget.

Quels traitements subit le corps avant inhumation ? Quelle différence entre la toilette mortuaire et la toilette rituelle ?

Les soins apportés au défunt sont signes de respect et d’hommage à ce dernier.

La toilette mortuaire consiste à laver le corps du défunt dans le respect et la dignité, de le vêtir et de le maquiller afin de le présenter aux proches. Cette toilette apaise les traits du défunt, lui conférant un aspect soigné et tranquille, facilitant ainsi son hommage. Parmi les premières étapes du processus de deuil. Cet acte symbolique est perpétré depuis la nuit des temps, dans le monde entier.  Cette toilette s’effectue la plupart du temps sur le lieu de décès, très souvent à l’hôpital donc mais peut s’effectuer à domicile ou dans la chambre funéraire. Si le défunt porte un stimulateur cardiaque, un professionnels habilité pourra l’ôter. Les effets personnels tels que les colliers, bagues, bijoux, montres et autres sont restitués à la famille.

Lorsque la croyance définie la toilette mortuaire comme un rite, on parle alors de toilette rituelle. Pour certaines confessions, comme pour les juifs et les musulmans, cette toilette revêt une importance particulière : le rituel est obligatoire et doit être pratiqué exclusivement par les personnes autorisées, formées au rituel. Pour les autres traditions, civile ou religieuses, les professionnels de la santé ou notre équipe de professionnels du funéraire peuvent s’en occuper.

Suivant la toilette mortuaire, les soins de conservation, appelé aussi embaumement, pourront être dispensés au défunt à titre facultatif (obligatoire seulement dans certains cas) et ont pour objectif de conserver au mieux le corps pendant la durée de préparation des obsèques et de rassemblement des proches. Le procédé de conservation est invasif et seul un professionnel habilité, le thanatopracteur peut prodiguer ce soin de plus d’une heure sur le corps. Il fera ainsi en sorte que les altérations liées aux circonstances du décès soient maquillées au mieux (un accident ou à une maladie de longue durée). Ce service est optionnel s’avère néanmoins très utile si le corps du défunt connaît un risque de dégradation précoce pour des raisons multiples liées aux circonstances du défunt. Ces soins de conservations peuvent être réalisés à l’hôpital, en chambre mortuaire, dans une chambre funéraire ou bien au domicile du défunt, mais dans ce dernier cas, la pratique est strictement encadrée par la loi pour des raisons sanitaires.

Les soins de conservations sont obligatoires dans certaines situations, notamment dans le cas de rapatriement à l’étranger, soit imposés par le pays qui reçoit le corps du défunt (GB, Brésil, Japon etc.) ou par la compagnie aérienne elle-même, pour des raisons sanitaires.

Les soins de conservations sont interdits par certaines religions, contrairement à la toilette mortuaire, comme l’islam, le Judaïsme ou l’hindouisme car considérés comme contraire au respect de l’enveloppe corporelle du défunt.

C’est également le cas pour certaines maladies infectieuses. Dans ces cas précis la loi oblige à la mise en bière immédiate du défunt dans un cercueil hermétique.

La crémation est-elle acceptée par tous les cultes ?

Non. La crémation est formellement interdite dans la religion musulmane et juive ; tolérée depuis 1963 chez les catholiques si la cérémonie se déroule avant la crémation et si l’urne funéraire est bien déposée dans un cimetière. Les protestants l’autorisent depuis 1898. Pour de nombreux cultes comme le bouddhisme, l’hindouisme et le shintoïsme, la crémation est assimilée à un rite de purification et est donc très largement représentée dans les pays où ces confessions sont présentes.

Quelles destinations sont autorisées pour les cendres ?

Depuis 2008, la loi interdit de conserver une urne chez soi ou de diviser les cendres du défunt. Plusieurs options s’offrent alors à vous, notamment :

  • Inhumer l’urne dans une sépulture funéraire existante ou une nouvelle sépulture cinéraire (qui pourra être recouverte d’un monument cinéraire)
  • Sceller l’urne sur le dessus d’un monument funéraire ou cinéraire existant
  • Positionner l’urne dans un monument mixte (dédié à la crémation et à l’inhumation et disposant d’emplacements pour les urnes)
  • Placer l’urne dans un columbarium collectif ou un columbarium individuel (type de monument cinéraire)
  • Disperser les cendres en pleine nature (en respectant les démarches obligatoires).
Comment puis-je financer les obsèques ? Quelles sont les aides au financement ?

Le financement des obsèques ne devrait jamais être un problème ou une source de stress additionnelle. Les frais liés à l’organisation des obsèques étant assimilés à une dette alimentaire, c’est en priorité au conjoint de régler les frais d’obsèques au titre du devoir entre époux. Ensuite, c’est aux descendants et ascendants de régler les frais d’obsèques en fonction de leurs ressources (même s’ils ont renoncé à la succession). Afin que vous puissiez vous concentrer sur l’essentiel, il vous est possible de financer des obsèques : 

  • Avec le contrat de prévoyance obsèques souscrit par le défunt (s’il existe)
  • En prélevant jusqu’à 5 000 € sur le compte du défunt (selon art L.312-1-4 de la réforme bancaire de 2013, sur présentation à la banque de la facture des obsèques et sous réserve de la suffisance des fonds)
  • Avec le (possible) capital décès versé par la mutuelle du défunt, sa complémentaire santé et la sécurité sociale selon sa situation professionnelle
  • Avec les aides via la CAF et la Caisse de Retraite
  • Avec la commune (pour les plus démunis)

Vous pouvez également bénéficier du service de paiement en plusieurs fois sans frais supplémentaire pour l’organisation des obsèques, l’achat d’un monument ou d’un article du souvenir.

Les mutuelles et les complémentaires santé versent dans certains cas une participation aux frais par le biais d’un tiers-payant (allocation décès). Tous les types d’assurances souscrits qu’il s’agisse de santé ou d’habitation mais aussi bancaire peuvent vous aider. Si vous ne retrouvez aucun papier à ce propos, nous vous conseillons de vous rapprocher de l’AGIRA (centrale d’assurance vie).

Si votre proche avait souscrit un contrat de prévoyance obsèques, vous auriez pu vous concentrer uniquement sur le deuil sans à vous soucier de l’organisation des obsèques. C’est pourquoi nous vous conseillons d’éviter cette charge à vos proches le moment venu et vous conseillons dans la souscription d’un contrat d’assurance obsèques. Découvrez notre offre Néo Prévoyance Obsèques.

Si vous n’avez pas les ressource suffisantes, c’est la mairie du lieu de décès qui réquisitionnera notre agence pour organiser les obsèques gratuitement. Un emplacement est mis à disposition au cimetière communal pour 5 ans.

Afin d’éviter la charge financière du règlement des frais d’obsèques à vos proches, nous vous conseillons de souscrire un contrat prévoyance obsèques.

Qu’est-ce que l’Avis de décès ?

Les mots représentent souvent un véritable soutien émotionnel. Ils sont importants afin de présenter ses condoléances à une famille endeuillée ou pour annoncer le décès d’un proche. Nous vous aidons à choisir les mots justes. Vous pouvez publier un avis de décès dans la presse ou bien envoyer un faire-part par courrier. Vous pouvez aussi envoyer des fleurs sur le lieu de la cérémonie.

  • Présentation de la famille.
  • Présentation du défunt (nom, prénom, date de naissance et de décès, circonstances du décès si souhaité).
  • Indication du lieu, de la date et de l’horaire de la cérémonie et du lieu de repose du défunt dans l’attente de ses obsèques (chambre funéraire, à domicile, maison de retraite ou à l’hôpital.
  • Précisions sur les volontés du défunt (fleurs, plaques funéraires, cérémonie dans l’intimité familiale, etc.).

Il sera aussi apprécié d’envoyer un faire-part de remerciement aux proches qui ont pu se rendre aux obsèques ou qui ont eu la délicatesse de vous manifester leur soutien par l’envoi de fleurs, de cartes de condoléances etc.

Puis-je enterrer le corps d'un proche dans une propriété privée ?

C’est aux yeux de la réglementation possible mais cela requiert néanmoins l’obtention préalable d’une autorisation par le préfet et la fourniture d’une étude hydrogéologique du jardin privé en question. Si ce dernier est situé en centre-ville, vous avez très peu de chances d’obtenir l’autorisation. En revanche, si certains paramètres sont réunis, comme le fait que votre jardin ait une certaine dimension, se trouve en campagne et que vos ancêtres y aient été déjà enterrés, une autorisation pourrait vous être octroyée par le préfet.

prévoyance

Devrais-je payer ma cotisation toute ma vie ?

Le contrat Néo Prévoyance Obsèques est un contrat d’assurances à primes périodiques temporaires au choix pendant 10 ans, 15 ans ou 20 ans, sous réserve de votre âge à la souscription du contrat. Les cotisations périodiques sont payables de façon mensuelle ou trimestrielle. Vous pourrez modifier cette périodicité en cours de contrat. En résumé, une fois vos cotisations réglées sur la durée prévue à la souscription, vous n’aurez plus rien à payer et vous restez couvert jusqu’à votre décès.

Simulation en ligne
Quelles durées de cotisation me sont proposées selon mon âge ?

Si vous êtes âgé(e) de :

  • 40 à 69 ans, vous avez le choix entre 3 durées de versement des cotisations : 10 ans, 15 ans ou 20 ans.
  • 70 à 74 ans, vous pouvez choisir entre 2 durées de versement des cotisations : 10 ans et 15 ans.
  • 75 à 79 ans, la durée de versement des cotisations sera de 10 ans.
J'ai plus de 79 ans, puis-je souscrire ?

Si vous avez plus de 79 ans, nous vous proposerons un autre contrat obsèques en agence, adapté à votre situation. Le contrat Néo Prévoyance Obsèques est un contrat réservé aux personnes âgées de 40 à 79 ans.

Prendre RDV en agence
J’envisage de souscrire un contrat Néo Prévoyance Obsèques. Puis-je prendre en compte les frais de marbrerie pour m’aider à déterminer mon capital ?
A partir de quand suis-je couvert par mon contrat obsèques ?

Le contrat prend effet immédiatement dès l’enregistrement par Aviva de votre demande de souscription, sous réserve de l’encaissement de la première cotisation. Vous êtes couvert immédiatement en cas de décès par suite d’accident. Un délai de carence d’un an est appliqué en cas de décès suite à une maladie la première année suivant la souscription du contrat. Pendant ce délai de carence, un capital équivalent à 50% des cotisations versées sera versé aux bénéficiaires en cas de décès suite à une maladie.

marbrerie

Caveau ou pleine terre ? Comment choisir ?

Le caveau est une construction en béton comportant une ou plusieurs parties appelées « case ». C’est l’endroit où sont apposés les cercueils et enfouis sous la terre. Il permet une meilleure évacuation d’eau et conservation des cercueils. Votre choix de cercueil est donc plus large. Le caveau permet de garder le cercueil intact plusieurs décennies. Le caveau de famille peut quant à lui être réutilisé plusieurs fois et ce dans une même concession ; en ajoutant simplement une nouvelle dalle pour fermer la nouvelle case occupée par l’inhumation du nouveau membre de la famille. Cela évite ainsi la conception de nouveaux monuments funéraires pour chaque membre de la famille. Le caveau collectif s’avère ainsi, dans le temps, plus économique qu’un caveau individuel. les cercueils sont à même la terre, dans ce cas il faudra prévoir une « fausse case » qui est un caveau bétonné sans fond afin que la sépulture soit et demeure stable.

La pleine terre est le fait d’enterrer le défunt en creusant un trou dans le sol ; il y a donc plus d’humidité que dans un caveau. Les cercueils sont à même la terre. En pleine terre, seule la semelle est obligatoire mais certaines mairies demandent aux familles la construction d’une fausse case sous la semelle afin de raidir la sépulture et éviter qu’elle soit « bancale » (caveau bétonné sans fond). Cette fausse case permet au monument de ne pas s’enfoncer. Pour ce type d’inhumation, la pleine terre fera bouger le monument dans le temps (30-40 ans après sa pose). Le monument penchera et nécessitera donc une opération de « remise à niveau ».

Au bout de quel délai, suite à une inhumation, puis-je installer un monument sur la sépulture ?

Le délai à observer dépend du type d’inhumation : pleine terre ou caveau. Si l’inhumation a été effectuée en « pleine terre », il faudra attendre 3 à 6 mois selon le terrain afin qu’il se stabilise, avant d’y poser un monument. Si vous choisissez un caveau, aucun délai n’est à observer, il vous est possible d’y poser un monument immédiatement.

configurer un monument en ligne
Quelles sont les différences entre le Granit, la Pierre et le Marbre ?

Le granit est inaltérable et même s’il peut demander un nettoyage régulier, ce dernier est facilité par le polissage du matériau qui en élimine l’adhérence. Le granit est le matériau le plus rependu concernant la construction du monument funéraire. En effet, il ne demande aucun entretien et est très solide, c’est un matériau naturel que l’on trouve dans les massifs montagneux après avoir subi les épreuves du temps. Il offre également un large choix de couleurs (+40).

La pierre nécessite plus d’entretien car elle prend la poussière et accumule de la mousse au bout de seulement quelques années. Elle reste également plus chère et plus fragile que le granit.

Le marbre est, comme la pierre, très calcaire. Utilisé plus rarement lors de conception de monument, le choix de sa couleur est moins large, le marbre est également moins adapté aux intempéries, plus fragile. Il est aussi plus onéreux et compliqué à extraire.

Combien de places un caveau peut-il contenir ?

Un caveau permet traditionnellement entre 2 et 4 places mais peut permettre l’inhumation de 10 cercueils selon sa conception initiale. Un caveau peut être composé de cases simples (un cercueil par niveau) ou de cases doubles qui permettent l’inhumation de deux cercueils au même niveau .