Le Mausolée de l’empereur Qin, un trésor chinois (2/20)

Néo Funéraire vous présente le mausolée de Qin Shi Huang, un monument unique au monde connu pour son Armée d’argile. Aussi appelé « montagne funéraire », il est le plus grand mausolée conservé sur le sol chinois. Situé aux alentours de la ville de Xi’an, ancienne capitale de l’Empire chinois sous la dynastie Qin. L’ensemble architectural unique a été inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO en 1987.

Sur les lieux du mausolée

Au pied du versant nord du mont Lisha et à 35 kilomètres au nord-est de Xi’an, une province du Shaanxi, se dresse le mausolée de l’empereur Qin. Le tombeau est recouvert par un tumulus d’une hauteur de 51,3 mètres et bâti à l’intérieur d’une enceinte rectangulaire à double paroie. Datant de 210 avant J-C, il a été édifié en l’honneur de Qin Shi Huang. L’unificateur de la chine qui en est devenu son premier empereur est aussi connu pour être à l’origine de la construction de la Grande Muraille de Chine.

L’impressionnante conservation de l’ensemble architectural du mausolée inspiré par le schéma urbain de la capitale, Xianyang, fait du mausolée le plus grand conservé sur le sol de Chine. Le mausolée est d’une grande importance pour le territoire chinois car il symbolise un événement à portée universelle qui est la première unification du territoire chinois par un Etat centralisé. Ce qui signifie qu’il y a un seul État qui agit sur le plan politique et juridique pour l’ensemble du territoire. Au 3e siècle cela annonce la naissance du pouvoir et la dominance de l’empire par une seule et même personne au niveau social, culturel, artistique et militaire.

La découverte

D’après le récit de l’historien Sima Qian, au cours de l’année 246 avant J-C, des ouvriers venus de toutes les provinces de l’Empire travaillèrent, jusqu’à la mort de l’empereur en 210, sur l’édification d’une ville souterraine à l’intérieur du gigantesque tumulus. Le mausolée n’aurait été découvert qu’en 1974 par des paysans qui creusaient un trou pour faire un puit. Il regroupe un grand nombre d’objets funéraires. La légende raconte que la tombe renferme une reproduction du royaume de l’empereur Qin ainsi que des objets auxquels il est rattaché. Comme des objets d’art, des bijoux, des joyaux ainsi que des ustensiles ensevelis dans la sépulture.

Le plafond du tombeau serait incrusté de perles placées en forme de voute céleste. Il est aussi question de 48 concubines et des derniers ouvriers du mausolée qui auraient été ensevelis vivants avec l’empereur. Dans l’ancien temps, lors du décès d’un personnage important, ils faisaient des sacrifices humains en tant que offrande au défunt. Plus la personne avait un rang élevé dans la hiérarchie, plus un nombre important de personnes étaient sacrifiées en sa gloire. Cependant, ce qui n’est pas dit dans la légende c’est que ces pratiques d’offrandes vivantes ont été interdites à partir de l’empereur Qin. Ces sacrifices humains ont donc été remplacés par des statues en terre cuite.

L’ensemble archéologique comprend d’une part le tombeau et d’une autre part près de 200 fosses où l’on peut observer, depuis 1974, les vestiges enfouis de milliers de soldats faite en terre cuite, formant ce que l’on appelle l’armée de terre cuite ou l’armée d’argile.

Les personnages de terre cuite

Le mausolée est composé de milliers de statues (8000 trouvées) grandeur nature, de soldats avec chevaux, de chars, d’armes en bronze avec des sépultures et des vestiges architecturaux. Jusqu’à présent ont été découvert, 130 chars tirés par 520 chevaux auxquels on ajoute 150 chevaux montés. Cette armée a été faite et destinée pour garder le défunt empereur. Toutes ces statues sont différentes les unes des autres par leur taille, l’uniforme et la coiffe. Les soldats et les chevaux sont faits en terre cuite et les accessoires ont été façonnés dans du bronze. Le nombre impressionnant de statues, la précision et les détails sur chacune d’entre elles, démontrent un talent artistique incroyable pour l’époque.

En observant « l’armée enterrée » on remarque qu’elle apporte de nombreuses et précieuses informations concernant l’Histoire et l’organisation militaire de l’Empire chinois au 3e siècle avant J-C. Les statues étaient cuites dans des fours à une température environnant les 900°C puis on leur appliquées des couleurs minérales. Les différences de couleur appliquées après cuisson sur la terre cuite permettrait de distinguer, selon la couleur dominante, les différentes unités de cette armée placés dans des fosses différentes.

 Certains personnages retrouvés dans les fosses n°1 et 2 présentent des traces d’incendie et le plafond est lui aussi brûlé. Les différentes parties du corps ; tête, bras, jambes, torses, furent produites séparément puis assemblées. En effet les statues que l’on peut voir à l’heure actuelle ont été montées dans les ateliers à partir de morceaux retrouvés sur place. Différents moules ont été utilisés pour le visage, avec des ajouts d’argile pour individualiser chaque personnage. Une fois terminé, les soldats ont été disposés en ordre militaire dans les fosses, selon leur rang et leur tâche. Ils mesurent de 1,80 m à 2 m.  Plus la taille est grande plus ils sont haut placés, les généraux étant les plus grands. 

La fosse n°1 de 230 m de long et 62 de large, abrite l’armée principale. Elle comporte 11 couloirs qui font pour la majorité plus de 3 m de largeur. Selon les estimations datantes de 2012, il reste encore 6000 statues de guerriers et de chevaux à déterrer seulement pour la fosse 1. La fosse n°3 contient 68 soldats, un char et 4 chevaux ; c’est le poste de commandement avec ses officiers de haut rang. La 4 est vide n’ayant pas été terminée mais été destinée à l’armée centrale. Pour finir, une autre fosse contient des chevaux et des personnages dont 8 sont en costumes et pourraient représenter des fonctionnaires civils. L’état de conservation des statues ont fait émerger plusieurs hypothèses comme un éventuel traitement au chrome.

Et le tombeau de l’empereur?

Non loin de l’armée de terre cuite se trouve à environ 1,5 kilomètre à l’ouest, enfouie sous une pyramide de terre, la tombe de l’empereur. Elle a été découverte récemment mais n’a jamais été fouillée. Le mausolée quant à lui, représente une période de l’histoire qui a marqué la Chine et montre aussi le talent artistique de l’Homme en remontant des siècles avant Jésus-Christ. Classés au patrimoine mondial de l’UNESCO, l’armée de terre cuite et le mausolée du premier empereur chinois sont inscrits comme les plus grandes découvertes archéologiques réalisées dans tout le pays.